Cinquantenaire de la Paroisse Saint Joseph ouvrier de Djambala

50 ANS EN AVANT POUR LE JUBILE

11 octobre, 2010

Paroisse Saint Ouvrier de Djambala – Histoire

Classé dans : Non classé — mbilou @ 15:58

le premier missionnaire  passait à Djambala en septembre 1914 , c’était le Père Guénantin. Il explorait la rive droite de la Mpama et le plateau des Achikuya, rendait visite à l’administrateur Gondran.Le principal centre de population était alors Ndolo. Au commandant qui s’inquiétait des moyens de subsistance auprés de la population de Djambala, peu desireuse d’accuellir un poste militaire, on aurait répondu: mange des ignames ( ndza mbala ). Le Père Guénantin faisait une nouvelle tournée en septembre 1923 venant d’ Ossélé et repartant par l’ autre rive. Monseigneur Guichard lui demandait de s’installer sur les plateaux. François Marie Achuéné tenait le poste de catéchiste à Ngouoni depuis janvier. Ebala sollicitait l’ouverture d’un poste quelques mois plus tard. Mais l’administrateur de Gamboma, empressé à suivre les consignes confidentielles, se montrait hostile à la presence des catéchistes. En 1933 le Père de Chidarac passait par Ossélé et Djambala pour rejoindre le Père Schikelé au plateau Achikuya. A Djambala , chez l’ administrateur Capagoury, il devenait champion de ping pong et se faisait de bonnes relations. Il repassait en août et pour célébrer la messe du nouvel an. Le 30 juillet 1934 , il plaçait , il plaçait un catéchiste à Ossa. Jean Paul Moualé s’installait à Djambala en janvier 1935 et Mgr Biechy y passait en avril.

Le rapport de 1935 signale que les postes d’ Ingwoni et d’ Ebala qui avaient été fermés ont été réouverts, de nouveaux postes fondés en direction du Sud et de l’ Est avec les perspective d’aller jusqu’au fleuve. La nouvelle tendance était la multiplication des postes de catéchistes, le gouverneur général Renard pratiquant une politique de detente aprés la crise amicaliste de 1933 – 1934 ( matsouanistes ) . Le Père de Chidirac baptisait à Ebala , Kaon , Ossa, visitait Djambala et Mpouya. Il y plaçait un catéchiste , rétribué comme agent de la compagnie commerciale , en 1938. Depuis août 1937 , le secteur était rattaché à la nouvelle missionSainte Thèrése -de l’ Enfant Jésus de Lekana. Kaon recevait un catéchiste en 1940 – 41. Le Père Chadirac deservait régulièrement Djambala pour les grandes fêtes liturgiques et y construisait  une chapelle en 1942, grâce à une aide financière du vicariat. Dans son rapport de 1943 , il signalait que les moniteurs de l’ ecole plublique et leurs élèves demandaient un   catéchisme non pas en lingala ou en tégué mais en français , question qui n’était pas tranchée.

Au lendemain de la guerre , Mgr Biechy entreprenait enfin de réaliser un point de son programme pastoral de 1937 concernant l’animation des chrétientés de brousse. En juillet 1947, le rapport annuel de Lékana constate que la communauté, qui se composait de 2 membres quelques mois au paravant , compte  trois  pères, un abbé et 2 frères. Le Père Kehrwiller va resider à Mpouya à partir de mars 1948. L’Abbé Lubassu vient remplacer l’ Abbé Raphaël Dangué, transféré à Ouesso , avec mission d’organiser une annexe à Djambala c’est à dire préparer l’ouverture d’une future paroisse. Il quitte son poste précédent de Boundji le 29 février 1948. L’Abbé Lubassu résidera à Djambala  où les évolués l’accueillent avec sympathie mais le ministère est dur faute de pratiquants. L’experience s’arrêtera au bout de quelques mois , l’ Abbé retournera à l’ état laïc. Le P. Durand signe les baptêmes de Djambala en février 1949 et le P. Noter écrit dans son rapport de 1950 que le P. Ernst est seul pour le ministère exterieur. En décembre 1951 , le P. Ernst refait la couverture en bambous, pétioles de palmier , de la chapelle de Djambala. En février 1952, il succède au P. Noter comme directeur de Lékana. Son nouvel adjoint , le P. Haffmans, arrive en en décembre et porte son principal interêt vers le secteur de Gamboma que le P. Moysan qualifie , dans son rapport compte rendu de visite de juillet 1953, comme ,, annexe , future mission, mais rien ne presse  ». Il note la langue comme principale difficulté, sans dire comment il entend lui -même cette remarque.

Le Père Ernst continue à desservir Djambala. En avril – mai 1952, il répare la chapelle délabré pour les fêtes de paques; il célébre Pâques en 1953 , Noël en 1955. Aprés le retour de congé du P. Vallée , qui devient le nouveau supérieur à Lékana en janvier 1957, le P.Ernst  séjourne principalement à Djambala  et y monte un hangar métallique destiné à l’ église avant d’être affecté à Kellé en septembre. L’ Abbé Emile Okoumou est alors nommé vicaire à Lékana et rejoint son poste en novembre. Le P. Vallée lui confie le secteur Est , avec residence à l’annexe de Djambala , d’ aprés le journal de l’ ecole d’ Ebala. Résidence temporaire , car l’Abbé Okoumou n’est pas libéré de toutes ses activités sur le plateau kukuya. Progressivement , il organise sa résidence permaente à Djambala et y demeure jusqu’ en avril 1960. Il se rend en France  pour un stage d’animaition catholique et jeunesse agricole catholique. Rentré en novembre, il rejoint de nouveau Djambala  en compagnie  de l’ Abbé Noël Ogné . A eux deux, ils dirigent les débuts de la paroisse de Djambala érigée par Mgr Vérhille en décembre 1960. A cette occasion, Scouts, Ames Vaillantes, Legion de Marie et J.O.C organisent la reception de l’ Evêque . Dès 1961 , l’ Abbé Okoumou est nommé à la direction de l’ enseignement libre du vicariat d’Owando dans un contexte tendu au niveau national entre les enseignants du privé et la direction ecclésiastique. L’Abbé Ogné devient curé de la jeune paroisse jusqu’en 1965. l’ Abbé Auguste Onze , originaire d’ Akolo, vient lui prêter main forte aprés son ordination en juillet 1963 et lui succède en 1965.  De juin 1965 0 février 1966 l’ Abbé Auguste Onze va  cependant résider à Lékana pour y assurer l’interim pendant le congé du P. Mainard. Dès octobre, lorsque le renfort du jeune P. Loubier est confirmé , l’ Abbé Onze retourne à Djambala. Le P. Loubier arrive effectivement en novembre . A partir de novembre 1967 , et jusqu’ en novembre 1970 , c’est au tour du P. Mainard d’assurer le service à Djambabala pendant le séjour de formation en France de l’ Abbé Onzé, mais il le fait à partir de Lékana. Plus tard en 1977 , le P. Loubier fera des tournées sur la route de Mbon au départ de Lékana pour aifer  Djambala .

img0008.jpg
img0008.jpg
Image de référence

img0009.jpg
img0009.jpg
choisir comme reference supprimer de l'album

sdc12124.jpg
sdc12124.jpg
choisir comme reference supprimer de l'album

sdc10868.jpg
sdc10868.jpg
choisir comme reference supprimer de l'album

sdc11832.jpg
sdc11832.jpg
choisir comme reference supprimer de l'album

sdc11848.jpg
sdc11848.jpg
choisir comme reference supprimer de l'album

sdc10703.jpg
sdc10703.jpg
choisir comme reference supprimer de l'album

sdc10433.jpg
sdc10433.jpg
choisir comme reference supprimer de l'album

bilou.jpg
bilou.jpg
choisir comme reference supprimer de l'album

sdc12124.jpg
sdc12124.jpg
choisir comme reference supprimer de l'album

assemblegnrale1.jpg
assemblegnrale1.jpg
choisir comme reference supprimer de l'album

assemblegnrale2.jpg
assemblegnrale2.jpg
choisir comme reference supprimer de l'album

assemblegnrale3.jpg
assemblegnrale3.jpg
choisir comme reference supprimer de l'album

assemblegnrale5.jpg
assemblegnrale5.jpg
choisir comme reference supprimer de l'album

assemblegnrale5.jpg
assemblegnrale5.jpg
choisir comme reference supprimer de l'album

Laisser un commentaire

 

Mission Mondiale d'Evangéli... |
risperidonefr |
lareligion |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Propositions Héroiques
| Sagesses Musulmanes
| salate wa salam